© 2015-2019  Equanima Yoga. Tous droits réservés.

Amour  Paix  et Gratitude.

Equanima Yoga

235 rue Notre-Dame

La Prairie QC  J5R 1M3

info@equanimayoga.com

Tél. : 514 969 5287

  • Facebook Social Icon
Le yoga et les pensées,
inspiré par le yoga Sutra de Patanjali

Le yoga est la suppression ou l'enveloppement des tourbillons ou fluctuations mentales.

Le yoga est la suspension des activités mentales.

yogaḥ cittavṛtti nirodhaḥ

 

Patanjali, 500 ou 200 ans av. J.-C., décrit dans les Yoga Sutra, les moyens de dépasser les tourbillons de l'esprit et les obstacles que tous les êtres vivants rencontrent. 

Dans cette grande connaissance humaine, il définit le yoga comme la cessation de toutes les fluctuations mentales, de toutes les pensées. 

 

Ce mental, capable de percevoir une réalité directe de ce qui est, en dehors de l'intelligence, des expériences passées, des idées reçues, des imaginations et autres...

Patanjali nous explique, dans le yoga Sutra, que le yoga est l'outil qui permet de suspendre toutes nos agitations mentales pour rencontrer notre véritable nature qui est au-delà de notre mental.

Les pensées sont incessantes, comme un moteur qui ronronne et ronronne sans arrêt. Elles défilent très très vite, et vont dans tous les sens. Elles sont capables de nous transporter vers la joie, mais bien souvent les pensées sont aussi liées à nos souffrances.

 

Même si elles sont nombreuses, éparses et récurrentes, elles ont tendance à tourner en rond. En effet, nous avons toujours le même moule de pensées, nourri par nos croyances, nos émotions, nos interprétations, nos désirs et répulsions, nos imaginations, nos identifications, notre égo, nos pulsions et réactions.

 

Quelque part, nos pensées nous enferment et nous sommes prisonnier de nos conditionnements qui nous limitent. C'est pour cela que l'on dit que le mental cache le véritable Soi, voile notre Véritable Nature.

 

Il est évident que nous sommes bien plus que notre mental. Si celui-ci est limité, notre conscience, elle, est sans aucune limite. 

 

C'est pour cela que Patanjali nous invite, en premier, à tourner notre attention vers l'intérieur pour rencontrer Purusa, celui qui est à l'intérieur et qui voit; Drastu, notre témoin intérieur, est établi dans sa propre nature. La conscience révèle ce que nous sommes au plus profond de nous, dans une attitude d'accueil et de respect. Ici, le discernement apparaît et le détachement se fait.

 

Finalement, la véritable quête du yoga est la maîtrise du mental pour se fondre à l'infiniment grand et l'infiniment petit.

Aller vers la non-souffrance, la libération et la transformation, c'est ce qui se passe lorsque l'on comprend que les événements sont en réalité neutres, et que seul le mental va aller soit vers une pensée juste, ou fausse (imaginaire/peur), soit vers une mémoire pour faire de cet événement quelque chose de bon ou de mauvais.

Avec un effort soutenu et une pratique dans une attitude positive, Il est possible de créer des brèches et des fissures pour laisser passer la Lumière et ainsi se libérer. 

Le yoga travaille en profondeur et nous apporte l'équilibre et la stabilité.

Patanjali nous explique que le mental découvre en premier lieu les aspects grossiers des situations ou des objets. Ensuite, la nature plus profonde apparaît et l'écoute de l'être devient plus subtile. La conscience de la joie se manifeste. Enfin, la véritable nature apparaît.

La pratique soutenue permet d'atteindre cette qualité mentale de clarté et de liberté, l'énergie peut se déployer, et la maîtrise des mémoires casse les anciennes habitudes. Plus l'effort est soutenu, plus vite les résultats sont grands. 

Le yoga nous apprend donc, à un moment donné, à lâcher le contrôle et l'attachement au résultat, puisque nous sommes dans l'écoute attentive du moment présent. 

C'est seulement ici et maintenant, dans ce moment présent, que tous les symptômes de la souffrance fondent : les attitudes négatives, les agitations corporelles, la respiration irrégulière...

Patanjali nous invite à nous concentrer sur un seul principe à la fois pour que le mental s'apaise. Par exemple : côtoyer des personnes heureuses, ressentir de la compassion envers les malheureux, se rapprocher des personnes qui nous veulent du bien, apprendre à maîtriser notre respiration, méditer pour stabiliser les pensées.

Les agitations calmées, le mental devient clair comme le cristal...