top of page

Gestion des émotions

Je vous partage le poème que j'ai lu lors de l'atelier et aussi l'exercice basé sur les neurosciences pour laver les émotions chaque jour. Je pratique cet exercice et je peux témoigner de son efficacité et aussi de cette merveilleuse sensation de me sentir légère. Je le fais à haute voix avec mon compagnon et c'est merveilleux.




«Un centimètre derrière ta souffrance, il y a la félicité. Porte une attention totale à ton chagrin, à ta tristesse, à ta colère. Laisse-les fleurir, s’épanouir. Ne les juge pas, ne les réprime pas, ne les analyse pas.

Ta douleur est ta réaction. Ta douleur est ta propre projection. La souffrance est à l’intérieur. Elle ne provient pas de l’extérieur. Au moment où tu prends conscience de la relation réelle entre toi et la souffrance, elle s’achève.



La souffrance vient à toi pour t’éveiller. Utilise ta souffrance comme un tremplin et plonge en elle. Sois avec tes émotions. Tu ne peux pas éviter la douleur en cherchant le plaisir. Je ne connais pas un plaisir qui ne finisse pas en souffrance.

Le plaisir est un pauvre substitut à la joie. Tu peux inviter le plaisir mais tu ne peux pas inviter la joie. Tu ne peux pas inviter la joie parce que la joie c’est toi. Shivoham Shivoham!



Regarde ta tristesse, ta colère, ta jalousie. Ce n’est qu’un miroir. Regarde l’émotion et regarde aussi celui qui regarde l’émotion.

C’est la signification de Prati Prasava – la délivrance d’un moment à l’autre. Quand tu sens l’émotion, observe le mouvement de ta conscience,


et laisse-le passer. Alors tu renais, à nouveau. Hors de la matrice de cette colère, hors de la matrice de cette tristesse.

Avant que l’émotion ne puisse passer, il faut qu’elle soit complètement digérée. Les émotions qui ne sont pas mûres troublent la pensée et bloquent la conscience.



Comment faire mûrir des émotions brutes? Apporte une attention totale à la sensation. Donne-toi complètement à la tristesse, à la douleur, à la peur. Fais mûrir les émotions avec la flamme de la conscience.

Au moment où tu deviens conscient, ta réaction fleurit et fond dans le néant. Avale ce qui blesse, digère-le complètement et laisse-le se transformer en pure conscience. L’Émotion est réaction L’Amour est action totale.»



Dr Vasant Lad

Ce poème résume bien ce que j'ai pu dire. À lire et à relire.



 



«La machine à laver les émotions est un outil issu des neurosciences appliquées qui demande de 3 à 5 minutes de pratique chaque jour. Pour un résultat étonnant !


Le « Scénario de votre journée » (appelé familièrement la « Machine à laver les émotions« ) est un outil de neurosciences qui demande entre 3 et 5 minutes de pratique quotidienne. Cette simple petite routine permet, au moment de dormir, de « décrasser » à la fois le stress, les tensions et les émotions négatives accumulés dans la journée.




C’est simple : à chaque fois que vous vivez une émotion négative dans votre journée et que vous ne prenez pas le temps de l’intégrer dans votre inconscient de façon positive, elle risque de s’enkyster Je (en vous volant une part de votre énergie de vie et de santé).


Or toute émotion est une énergie de vie qui nous est propre ; l’enkystement des émotions négatives, nous prive d’une partie de notre énergie vitale et donc d’une partie du potentiel de notre corps à se régénérer. C’est ce qu’on appelle la médecine du corps.


La source primordiale de toutes les émotions négatives est la peur, et notamment la peur de perdre la vie qui donne naissance à notre instinct de survie et qui nous donne aussi cette énergie vitale motrice colossale.



Cette peur primordiale peut s’exprimer ensuite à travers deux émotions fondamentales : la rancune et la culpabilité, desquelles vont découler la haine, la colère, la jalousie pour le premier, et la dévalorisation, la déprime, etc., pour le second.


La rancune est une énergie négative qu’on projette vers une autre personne tandis que la culpabilité est une énergie négative qu’on projette vers soi-même (quand on a mal fait quelque chose qu’on a blessé quelqu’un…).


Pour ne plus avoir de rancune, il suffirait de pardonner à l’autre et pour ne plus avoir de culpabilité, il suffirait de se pardonner soi-même ! Cela semble simple et logique mais c’est impossible car les émotions précèdent la pensée donc elles ne lui obéissent pas.

Fort heureusement, les Neurosciences nous offrent une réponse ; comme le pardon n’est pas possible, nous allons utiliser une ruse neuropsychologique : le pouvoir de l’intention.


Comment procéder ?



Lorsque vous vous couchez le soir, juste avant de vous endormir dans l’obscurité, vous allez fermer les yeux puis partir de cet instant où vous êtes en train de vous endormir pour afficher un sourire de plénitude et le faire rayonner dans tout votre corps.

A partir de là, vous allez remonter les événements marquants de votre journée à l’envers. Remontez le temps.

Vous remontez le film de votre journée jusqu’au moment où vous avez ouvert les yeux, le matin dans son lit.

Avec un petit peu d’entraînement, ce scénario inversé de votre journée ne vous prendra que quelques minutes mais il va vous donner des résultats fantastiques perceptibles dès la fin de la première semaine.

Pour cela, vous allez vous concentrer avec bienveillance sur les évènements (positifs ou négatifs) qui vous semblent importants, (et donc pas forcément les douches, les repas ou les trajets en voiture).



Ce que vous devez faire pour chaque émotions négatives :

  • Si vous avez de la rancune envers quelqu’un : « Mon cher/Ma chère (vous mettez son prénom ou le nom par lequel vous l’appelez), aujourd’hui j’ai (indiquez votre âge), en tant qu’adulte conscient(e) de mes sentiments, j’ai le désir (ou l’intention) de te pardonner pour ce que tu m’as fait. »

  • Si vous éprouvez de la culpabilité : « Mon cher/Ma chère (vous mettez son prénom ou le nom par lequel vous l’appelez), aujourd’hui j’ai (indiquez votre âge), en tant qu’adulte conscient(e) de mes sentiments, je te présente mes excuses pour ce que je t’ai fait et te demande de bien vouloir me pardonner. »




Si une émotion est négative, c’est sans doute parce que vous avez eu une action malheureuse ; vous avez commis une erreur par exemple… S’il s’agit de quelque chose de négatif (colère, énervement…) que vous avez exprimé vers une autre personne, dans ce cas, vous allez y associer une phrase-clé très simple : “Je ferai mieux la prochaine fois.”


S’il s’agit de quelque chose de négatif à votre encontre, comme un reproche qu’on vous a fait par exemple, vous allez utiliser une autre phrase-clé : “Je ne le prendrai pas de façon aussi personnelle la prochaine fois.”



Comme vous avez installé volontairement du recul (avec plus de conscience et de maturité), vous laissez glisser cet événement négatif dans votre inconscient en l’ayant assumé. Vous ne l’avez peut-être pas “digéré” mais au moins, il ne va pas s’enkyster.


Personnellement, je prends compte aussi des émotions positives. je les nomme pour les reconnaître. Et je remercie. Par exemple : " J'ai été vraiment heureuse de guider l'atelier, j'ai vécu la joie d'être entourée de si belles personnes. Merci".



Cela me permet aussi de mesurer ma journée et de me rendre compte, à quel point cette journée était très positives comparée au nombre d'émotions négatives vécues. Cela me donne du punch et le goût de vivre une nouvelle journée.


Bien à vous,



Bonne pratique!


133 vues0 commentaire

Comments


bottom of page